Augmentation du taux directeur de la BCE.

Publié le par Pascal M

Elle l’avait dit, elle l’a fait. La banque centrale européenne a relevé son taux directeur le 7 décembre dernier. Avec cette hausse, les particuliers qui souhaitent concrétiser un projet immobilier se posent tous les mêmes questions : le crédit va-t-il vraiment devenir plus cher ? Quelles seront les répercussions sur la capacité d’emprunt et sur l’achat d’un logement ?

Pour la septième fois en un an, la Banque centrale européenne a relevé son taux directeur. Il a été porté à 3,50 % le 7 décembre dernier. Il était à 2 % il y a douze mois. Ce taux sert d’indice de référence aux prêts immobiliers à taux révisables. Sur quinze ans et hors assurances, ces derniers sont passés en moyenne de 2,90 % à 3,70 % en un an.

[...]

En outre, les conséquences de ces hausses successives sont presque indolores pour les emprunteurs. « Pour un prêt de 150 000 € sur quinze ans en décembre 2005, le taux moyen était de 3,55 % hors assurances. L’emprunteur devait rembourser 1 076 € par mois et son emprunt lui coûtait 43 680 €. Pour le même montant, en décembre 2006, le taux passe à 3,95 %, la mensualité à 1 105 € et le coût total du crédit à 49 039 € », signale le courtier Emprutis.

Cela dit, le niveau attractif des prêts immobiliers ne suffit pas à compenser la hausse des prix. L’Agence nationale d’information sur le logement souligne qu’un ménage gagnant 1 600 € par mois en 1998 pouvait financer un projet de 84 000 € sur vingt ans à 7 % avec des remboursements équivalents à 30 % de leurs revenus mensuels. Aujourd’hui, une famille au revenu équivalent (1 840 € par mois) qui souscrit un crédit à 4,50 % sur vingt-cinq ans avec le même taux d’effort peut emprunter 117 000 €. Soit 40 % de plus. Mais entre 1998 et 2006, les prix de l’immobilier ont été multipliés par deux !

PAP.Fr , 14/12/2006

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article